Photo aléatoire

IMG_1357.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4205 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 6 semaines.

À nous la liberté !

2007-06-21
Nous partons à l'assaut des routes néo-zélandaises en essayant de rester du bon côté de la route. À la fin de notre première journée, le premier « petit » problème apparait déjà.

Nous nous réveillons en sursaut à 09:00. Nous avons pourtant réglé le réveil sur 08:00. Petit problème : celui-ci affiche 07:00 car il est toujours à l'heure de l'Australie. Nous devons avoir quitté la chambre pour 10:00. Nous nous levons, prenons une douche (peut-être la dernière avant longtemps ;)) et faisons vite nos sacs.

À midi, nous retournons chez Escape pour recevoir la camionnette que nous avons louée. Comme toutes celles qu'ils louent, elle a été peinte par un artiste néo-zélandais. Un côté est bleu avec la représentation d'un requin qui mord la roue avant, l'autre est plutôt vert avec des représentations d'oiseaux. On nous explique les derniers détails et nous voilà partis. Enfin, rouler en pleine ville à gauche dans une camionnette encombrante avec le volant à droite, c'est assez déroutant et cela demande beaucoup de concentration.

Première étape : le supermarché. Nous arrivons sains et saufs dans le parking. Pour l'instant, tout va bien. Nous faisons quelques provisions avant de partir à l'aventure.

Nous comptons visiter l'ile du nord et celle du sud. Pour passer de l'une à l'autre, nous avons réservé des billets de ferry. Nous devons être à Wellington (sud de l'ile du nord) le matin du 25 juin. Ensuite nous ferons le tour de l'ile du sud et traverserons dans l'autre sens le matin du 4 juillet. Nous rendons la camionnette le 9 juillet à Auckland, là où nous l'avons louée.

Notre première étape est Waitomo Caves. Cela se trouve à environ 200 km d'Auckland. Nous quittons la ville et ses embouteillages et nous retrouvons sur l'autoroute. Au fur et à mesure que nous nous éloignons, le trafic devient de moins en moins dense, et nous voyons des paysages de plus en plus jolis.

Durant le trajet, nous avons droit çà et là à des averses, parfois violentes et accompagnées de coups de vent qui essaient de nous faire dévier. Quand nous arrivons à notre destination, il fait noir et il pleut des cordes. Nous cherchons un endroit à l'écart où nous arrêter pour la nuit. En Nouvelle-Zélande, il est permis de dormir dans son véhicule n'importe où (sauf en roulant :)), à quelques exceptions près.

Nous trouvons finalement une petite route de campagne, que nous parcourons pendant un moment en espérant trouver un petit coin sympa. Nous en trouvons un, mais en faisant demi-tour pour nous garer dans le bon sens, nous nous engageons en marche arrière dans une pente boueuse. Impossible d'en sortir, nous sommes embourbés.

Il pleut toujours. Maïte sort pour pousser la camionnette (car c'est Hugues qui conduit, ce n'est pas du machisme ;)). Rien à faire, il faut trouver autre chose. Que faire ? Ça sent déjà un peu le brulé à cause du frein à main avec lequel il faut jouer pour essayer de démarrer sans s'enfoncer plus loin.

Nous arrêtons et réfléchissons un instant. Hugues cale les roues avec deux grosses pierres pour que nous ne descendions pas plus bas. Nous essayons de pousser à deux mais la camionnette ne bouge pas d'un poil.

Puis Maïte a la bonne idée de placer des petits cailloux devant les roues pour éviter de déraper. Nouvel essai, Maïte pousse toujours, et cette fois-ci ça marche ! Les roues patinent encore un peu avant que nous ne soyons totalement dégagés, juste assez pour couvrir son pantalon de boue.

Nous nous garons à l'endroit choisi, enlevons nos chaussures crottées et nous installons confortablement à l'arrière pour manger un petit bout. À l'extérieur, il fait complètement noir et il n'y a pas un bruit. Nous ne savons pas à quoi ressemble le décor qui nous entoure. Nous aurons la surprise le lendemain matin.


Au secours, cheftaine "goudhaantje" peut vous aider:

autres astuce: des branchages, des dalles, une plaque de fer,
En cas de affaisement de la route (une roue) : une hachette ou machette et de la corde.

Il faudra solidariser les roues motrices du véhicule ! Pour ce faire, couper une perche de +/- 10 cm de diamètre et de 2 m de long. Passer cette perche devant ou derrière (selon que vous devrez avancer ou reculer) les roues motrices et la fixer aux jantes à l’aide de la corde. Il est cependant nécessaire d’avoir des jantes ajourées autorisant le passage de la corde, sinon sans corde! Mettre le moteur en marche avancez ou reculez doucement. La perche viendra alors se mettre en pression sur le sol et soulèvera votre véhicule ! Attention ! La marge de manœuvre est étroite et autorise au maximum un demi-tour de roue sous peine de blocage de la perche au niveau des transmissions ou de la caisse de la voiture. Le but est seulement de libérer les roues de la boue et de remonter le véhicule. Lorsque celui-ci aura atteint le niveau maximum possible, vous l’immobiliserez. Boucher les ornières à l’aide de cailloux, morceaux de bois ou matériaux divers assurant une bonne adhérence. Après faites la manœuvre inverse, vous vous assurerez de la solidité des matériaux apportés, aménagerez le parcours que les roues doivent emprunter et ôterez la perche.

Ouf fini les travaux d'hercule - Mais espèrons que ceci ne devra pas vous servir! Bon voyage quand même!