Photo aléatoire

IMG_7597.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4264 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 14 semaines 3 jours.

Khao San Road

2007-04-17 – 2007-04-19
Arrivée à Bangkok, capitale et ville la plus vaste, la plus peuplée et la plus bruyante de Thaïlande. Nous entrons dans le lieu incontournable des routards d'Asie du sud-est : Khao San Road.

Nous arrivons à la gare routière de Bangkok vers 15:15 après un trajet d'un peu plus de sept heures. Après avoir récupéré nos sacs nous partons à la recherche d'un tuk-tuk pour nous conduire dans Khao San Road, à Banglamphu, le quartier des routards. Nous déclinons l'offre beaucoup trop élevée des chauffeurs de taxi et continuons notre chemin pour trouver un peu plus loin une rangée de tuk-tuks stationnés en dehors de la gare. Eux aussi proposent des prix exorbitants. Hugues, de plus en plus expérimenté en marchandage, parvient à obtenir un prix raisonnable.

Après un trajet d'environ 40 minutes, nous arrivons dans Khao San Road. Nos gros sacs sur le dos, sous une chaleur étouffante, nous commençons à chercher une pension. Pas facile d'en trouver une bon marché. Après plusieurs visites, nous tombons finalement sur la Harn Guest House, située dans une petite ruelle perpendiculaire à Khao San Road. Nous prenons la chambre la moins chère à 250 bahts (€6,25), avec ventilateur et salle de bain commune sans eau chaude. Nous nous installons. Après le long trajet et la recherche de chambre nous voilà tout transpirants. Une bonne douche s'impose donc. L'eau est en fait tiède et comme il fait très chaud c'est plutôt agréable. Nous sortons ensuite voir cette fameuse rue.

Khao San Road est pleine d'échoppes en tous genres. On y propose toutes sortes de vêtements de marque (des contrefaçons évidement) ou non, des bijoux, des livres, de la nourriture,… On peut aussi se faire mettre des tresses, des dreadlocks, ou autres fantaisies capillaires colorées. Il est même possible de se faire faire une fausse carte d'étudiant, de presse, un faux permis de conduire, ou un diplôme d'université. Il y a une multitude de bars, de restaurants, d'agences de voyage, de pensions et d'hôtels, deux 7-Eleven, un Mc Donald, et un Burger King au bout de la rue. Mais ce que l'on y retrouve le plus, ce sont sans doute tous les touristes venus ici pour faire la fête. Les façades arborent une multitude d'enseignes qui donnent à la rue des airs de Las Vegas le soir venu.

Nous nous installons à une terrasse pour boire un verre et admirer le spectacle permanent que nous offre cette rue. En voyant passer certaines personnes, on se croirait plus à la plage qu'en pleine ville. Il y a des touristes torse nu (des garçons évidemment) et des filles portant des décolletés plongeants quand ce n'est pas un haut de bikini, et des mini-jupes ou des shorts ultra courts.

Nous sommes le 17 avril. C'est une date importante pour nous : c'est l'anniversaire de notre rencontre. Cela fait deux ans que nos chemins se sont croisés. En fait, à cause du décalage horaire, le moment exact de notre anniversaire se retrouve le lendemain. Mais qu'importe, nous cherchons un resto sympa pour fêter ça. Nous avons du mal à en trouver un. Après une dizaine de minutes de recherche, nous abandonnons et nous installons à la terrasse d'un café-restaurant fort bruyant dans Khao San Road. Ce n'est pas exactement ce à quoi nous avions pensé mais ce n'est pas bien grave. Nous fêtons nos deux ans dans une rue très animée de Bangkok en plein tour du monde, nous n'allons tout de même pas nous plaindre ;) !

Le lendemain, nous nous levons vers 12:30. Nous n'avons pas bien dormi à cause de la chaleur. C'est la nuit la plus chaude aue nous ayons jamais eue. L'air est étouffant et le ventilateur tournant bruyamment au dessus de notre lit ne nous rafraichit pas vraiment.

Dans moins d'un mois nous quittons l'Asie. Nous devons encore visiter le Cambodge et aimerions bien aller passer quelques jours sur une ile dans le sud de la Thaïlande. Nous ne pouvons plus trainer. Voilà pourquoi après avoir déjeuné, nous partons nous renseigner sur les prix des billets de bus pour Phnom Penh, la capitale cambodgienne. Nous comptons commencer la visite du Cambodge par cette ville, puis aller voir les temples d'Angkor à Siem Reap.

Après nous être renseignés auprès de plusieurs agences de voyages de Khao San Road, nous décidons d'aller d'abord à Siem Reap car le billet est cinq fois moins cher que celui pour Phnom Penh. Nous achetons donc deux billets de bus pour le lendemain.

Depuis le début de notre voyage nous utilisons les guides de Lonely Planet. Ils sont vraiment bien faits, très clairs et intéressants. Nous y trouvons tout de suite ce que nous cherchons. Nous les échangeons au fur et à mesure du voyage dans des librairies de seconde main. Pour la Thaïlande, nous n'avons malheureusement pas trouvé d'édition récente en français et avons donc choisi de prendre le Guide du routard 2007 à la place, dans une librairie à Luang Prabang, au Laos. Nous nous disions en le choisissant que cela vaudrait mieux qu'un ancien Lonely Planet en anglais. Mais maintenant nous regrettons vraiment notre choix. Par exemple, la carte du pays est petite, peu détaillée et se trouve cachée aux alentours de la page 100 entre plusieurs pages de publicité. Les informations sont souvent difficiles à trouver, notamment car l'index est très limité. De plus, ils utilisent un vocabulaire de langage parlé argotique pseudo-cool un peu ridicule.

Déjà à Chiang Mai, nous avons essayé d'échanger notre Guide du routard contre un Lonely Planet ou bien de le vendre, mais toujours sans succès. La plupart des libraires le refusent tout simplement. À un endroit, on nous le reprenait, mais à un prix bien trop bas par rapport à celui que nous avons payé. Puisque le quartier regorge de librairies de seconde main, nous retentons notre chance. Cela ne fonctionne malheureusement pas mieux qu'ailleurs. La seule librairie qui veut bien nous le reprendre nous fait une ristourne ridicule sur un exemplaire d'occasion de la dernière édition du Lonely Planet qu'elle vend au prix du neuf. Tant pis, nous abandonnons de nouveau et repartons déçus, notre Guide du routard sous le bras.

Le soir, nous nous laissons tenter par un Mc Do. Contrairement à l'Inde, ici aucun sandwich végétarien au menu. Nous apportons donc discrètement un sandwich falafel acheté en rue et nous le dégustons avec des frites Mc Do qui ont l'air d'avoir le même gout sur toute la terre.

Dans ce quartier, il est très courant et très bon marché de se procurer à manger dans la rue. À toute heure du jour ou de la nuit, il y a de nombreux marchands qui proposent toutes sortes de nourriture sur leur petit étal à roulettes. Le choix ne manque pas: pad thai (nouilles aux œufs et au pousses de soja), rouleaux de printemps, fruits découpés, currys,… En rentrant vers la pension, Hugues essaie un roti. Pas d'affolement, aucun lien avec un gros morceau de viande, il s'agit d'une crêpe, parfois fourrée avec un œuf, des morceaux de banane, ou autre, repliée en carré et servie découpée et arrosée de chocolat ou de lait concentré sucré. C'est une friandise très répandue en Thaïlande. On nous en avait dit du bien et nous avions déjà vu des marchands en proposer ailleurs en Thaïlande et même au Laos. Hugues peut maintenant témoigner, le roti est à la hauteur de sa réputation.

Nous quittons déjà ce lieu un peu étrange et chaotique le lendemain pour nous rendre au Cambodge. Ce n'est qu'un au revoir car comme beaucoup de routards dans cette région, nous y reviendrons, au plus tard pour prendre l'avion quand nous quitterons la Thaïlande.


astuce ...

accrocher un essuie (vaiselle, main) mouillé aux palmes du ventilateur (avec des pinces à linge ou autre - Mc Gyver peut vous aider)
cet astuce va vous rafraichir considérablement l'air ambiant!


routard

Dommage votre mésanventure avec le routard... C'est vrai que les librairies sont moins tenté de le reprendre car LE Guide universel est le lonely. Nous on le préfère justement parce qu'on y retrouve des adresses sympas en retrait des autres touristes.


vous avez dit : VÉGÉTARIEN ... ?

Adèle, elle, ne l'était pas !
Elle est morte Adèle !
Elle a été tuée par son sale ami.
Il n'y a pas que des gens bons dans la vie !

signé : CC (chat carnivore)