Photo aléatoire

IMG_9219.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4299 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 19 semaines 3 jours.

Premiers jours à Chiang Mai

2007-04-06 – 2007-04-09
Nous profitons de nos premiers jours dans cette ville tranquille pour faire avancer notre site web et nous initier aux secrets de la fameuse cuisine thaïlandaise.

C'est aujourd'hui qu'Anne et Bernd quittent Chiang Mai pour se rendre à Bangkok. Nous décidons d'aller déjeuner ensemble avant qu'ils ne nous quittent. Nous allons dans un restaurant bio où ils proposent un grand choix de plats végétariens. Ils vendent même des glaces végétaliennes (sans lait et sans œufs). Après avoir déjeuné nous allons sur internet. Anne et Bernd ne restent qu'une dizaines de minutes avant de retourner à la pension. Vers 13:30 nous les y retrouvons pour leur dire au revoir.

Nous décidons ensuite de retourner au Charcoa, le « café-pâtisserie » dans lequel nous sommes déjà allés la veille. C'est toujours avec autant de plaisir que nous dégustons leurs délicieux mets. Tout à coup une coupure de courant survient dans l'établissement. Elle dure un bon bout de temps mais cela n'a pas beaucoup d'importance étant donné qu'il fait clair dehors et que le café est ouvert sur la rue.

De retour à la Libra Guest House, nous recroisons Élise et Nicolas. Ils prennent également le train pour Bangkok aujourd'hui. Ils nous racontent un peu leur séjour à Chiang Mai et nous conseillent fortement de participer au cours de cuisine thaïlandaise organisé par notre pension. Nous avions déjà pensé participer à ce cours mais hésitions encore un peu. Après ces encouragement nous n'hésitons plus et allons directement nous inscrire pour le lendemain. Pour la troisième fois depuis le début de notre voyage nous disons au revoir à Élise et Nicolas. À présent, nous n'aurons probablement plus aucune chance de nous croiser, en tout cas plus durant ce voyage. En effet, dans moins d'une semaine ils partent en direction de Kolkata en Inde, après quoi ils iront en Europe. Ils partent plus loin vers l'ouest alors que nous continuons vers l'est.

Le lendemain à 08:00 le réveil sonne. Le cours de cuisine commence dans une heure. Maïte a passé une très mauvaise nuit. En effet, elle a apparemment mal digéré le brownie au chocolat de la veille et a été malade une bonne partie de la nuit. Elle a l'estomac tout retourné et imagine mal cuisiner et manger toute la journée. Elle décide tout de même de participer au cours en espérant se sentir mieux plus tard. Hugues la persuade de rester couchée et décide d'aller à la réception pour reporter le cours au lendemain. Cela se fait sans problème.

Ne parvenant plus à se rendormir, Maïte décide d'accompagner Hugues au restaurant de la pension pour déjeuner. Elle ne peut rien avaler. Après avoir déjeuné, nous allons sur internet. Après dix minutes Maïte se sent à nouveau mal et décide de retourner à l'hôtel pour s'allonger un peu. Hugues reste au café internet et la rejoint quelques heures plus tard. Elle a réussi à dormir un peu mais ne se sent toujours pas mieux. Elle décide donc de rester encore un peu couchée. Hugues en profite pour retourner quelques heures supplémentaires sur internet après quoi il retrouve Maïte toujours aussi malade. Il décide donc d'aller reporter le cours jusqu'à nouvel ordre pour être sûr que Maïte se sente mieux.

Le lendemain, tout a l'air d'être rentré dans l'ordre. L'estomac de Maïte est à nouveau en place. Nous allons déjeuner ensemble au restaurant de la pension. La chaleur qui règne à Chiang Mai en pleine journée est étouffante. Nous décidons donc, comme d'habitude pourrions nous dire, d'aller nous rafraichir dans le café internet. Nous en profitons pour écrire chacun un article pour le site web.

Le soir, nous allons manger dans un restaurant conseillé par Élise. Elle nous a également recommandé d'aller au grand marché qui a lieu tous les dimanches dans une des rues de la vieille ville et le long des remparts. Le marché se termine à 22:00. Nous nous rendons compte tout d'un coup que nous sommes dimanche et qu'il est 20:00 passées. Nous finissons vite de souper et marchons à vive allure en direction du marché. Nous y découvrons une multitude d'objets, de vêtements, de bijoux, d'accessoires en tout genre, etc. Le marché attire beaucoup de monde, les rues sont bondées de gens. Nous avons même du mal à nous frayer un chemin à travers toute cette foule. Nous marchons au pas et avons du mal à nous arrêter pour admirer les échoppes. La balade en devient tout suite moins agréable. Nous ne tardons pas à quitter le marché surpeuplé pour nous rendre sur internet où Maïte a rendez-vous avec sa maman sur Skype.

Le lendemain matin, le réveil sonne à 08:00. Tout s'annonce bien : personne n'est malade et nous avons tous les deux bien dormi. Nous allons donc enfin participer au cours de cuisine. Nous avons rendez-vous à la réception de l'hôtel pour aller faire nos emplettes au marché. Nous sommes surpris d'être aussi peu. En effet, nous ne sommes que deux à participer au cours. Nous aurons donc droit à un cours particulier avec deux professeurs.

À 09:00 un « taxi-corbillard » (nous les appelons comme ça en raison de leur forme particulière) vient nous chercher pour nous conduire jusqu'au marché. Nous recevons chacun un petit panier en osier et un cahier contenant une multitude de recettes thaïlandaises. Arrivés au marché, nous recevons quelques explications concernant les fruits et légumes utilisés dans la cuisine thaïlandaise. Nous goutons également quelques petits en-cas comme par exemple un mélange de riz et de banane emballé dans une feuille de bananier. La présentation est très jolie mais le goût nous surprend. C'est avec peine que nous parvenons à bout de cette pâte. Nos paniers remplis, nous reprenons le « taxi-corbillard » qui nous conduit jusqu'à notre « classe » de cuisine.

L'endroit où nous recevons le cours se trouve dans la même rue que notre pension. Comme souvent, avant de rentrer quelque part, que ce soit dans un café internet, un magasin ou ailleurs, nous devons enlever nos chaussures. La pièce est ouverte sur l'extérieur et est très spacieuse. Il n'y a pratiquement aucun meuble. Ton, notre professeur nous invite à enfiler un tablier et à mettre des couvre-chefs avant de nous asseoir par terre sur des petits coussins. C'est là que nous allons couper en tout petits morceaux les ingrédients utiles à la fabrication de notre pâte à curry, verte pour Maïte et rouge pour Hugues. Après avoir tout coupé, il faut faire appel aux biceps et piler tous les ingrédients jusqu'à ce qu'ils forment une pâte uniforme.

La pâte terminée, nous nous installons aux fourneaux et commençons à cuisiner dans nos woks. Ton nous montre dans quel ordre il faut cuire les aliments. Après quoi nous n'avons qu'à répéter ce qu'elle vient de nous montrer. Tous les légumes ont déjà soigneusement été coupés à l'avance pour nous. De plus, toutes les recettes ont été adaptées pour être végétariennes. À chaque fois que nous salissons un wok, un plat ou des ustensiles, c'est La, la plus jeune de nos deux profs, qui se charge de les laver.

À midi nous nous installons à notre petite table pour diner. Nous avons l'embarras du choix entre plusieurs plats. En effet, ce matin nous avons préparé des légumes aigre-doux, un curry panang, un pad thai (nouilles sautées au soja et aux œufs), un curry vert et comme dessert nous avons du riz collant sucré au lait de coco accompagné de mangue. Nous ne parvenons évidemment pas à bout de nos plats mais mangeons avec beaucoup de plaisir nos préparations faites maison. Ton nous rejoint à notre table et nous propose d'emballer ce que nous n'avons pas mangé. Elle nous explique qu'elle mettra tout ça dans le frigo de la cuisine de notre pension. Si nous voulons manger une de nos préparations nous n'aurons qu'à demander à quelqu'un de la cuisine de la réchauffer. Vu ce qu'il reste, nous sommes assurés d'avoir à manger pour le soir, le lendemain et peut-être même plus.

Après avoir mangé, nous avons droit à une pause de 45 min. Nous retournons à notre pension. Nous n'en pouvons plus ! Il fait très chaud et nous avons trop mangé. Difficile d'imaginer que nous allons encore devoir cuisiner cet après-midi, et pourtant, quelques instants plus tard, nous retournons au local de cuisine. Ton nous montre comment préparer les rouleaux de printemps. Après les avoir fait nous-mêmes, il ne nous reste plus qu'à les tremper dans l'huile bouillante du wok. Nous sommes à pieds nus et le réchaud sur lequel le wok est posé n'a pas l'air très stable. Pas très rassurant tout ça ! Nous avons de plus en plus chaud. Heureusement les rouleaux de printemps ne doivent baigner qu'une à deux minutes dans l'huile, après quoi nous pouvons nous éloigner de cette source de chaleur pratiquement insupportable. Ensuite nous préparons le dernier plat de la journée : une soupe de lait de coco au tofu.

Nous nous retrouvons une nouvelle fois assis à la petite table où nous avons diné il y a moins de deux heures. Nous ne sommes plus aussi enthousiastes qu'avant le premier repas à l'idée de manger. Maïte ne peut plus rien avaler. Hugues, n'ayant plus faim non plus, parvient tout de même, par gourmandise, à manger sa soupe et quelques rouleaux de printemps. C'est le ventre bien plein que nous remercions nos deux professeurs, Ton et La, pour leur gentillesse et leurs bons conseils. Nous retournons à notre chambre et nous affalons sur le lit, après quoi nous allons sur internet pour ajouter un article et quelques photos.

En fin d'après-midi nous décidons de marcher jusqu'à la gare ferroviaire pour nous renseigner sur les prix des billets pour Sukhothai. Arrivés à mi-chemin, nous décidons un peu tard de nous renseigner d'abord sur le prix des billets de bus qui sont probablement moins chers et rebroussons chemin. En nous dirigeant vers notre pension, nous repassons par le marché nocturne que nous avons visité avec Anne et Bernd quelques jours auparavant. De retour à la pension, Hugues a de nouveau un peu de place dans son ventre et décide de manger la soupe de lait de coco au tofu et quelques rouleaux de printemps.

Nous avons aimé apprendre à cuisiner quelques plats aussi exotiques que succulents. Avec nos deux professeurs, tout a eu l'air si simple. Les ingrédients déjà préparés, la cuisson en elle-même ne prend que quelques minutes. À présent nous comprenons pourquoi nous sommes si vite servis dans les restaurants. Cela fait des mois que nous n'avons plus cuisiné et cela nous manquait. Nous avons retrouvé la satisfaction de manger des plats que nous avons préparé nous-mêmes, et délicieux, en plus.

Cette ville nous a tout de suite plu. C'est la deuxième plus grande ville de Thaïlande, et pourtant nous nous y sentons comme dans un grand village. C'est seulement la première ville que nous voyons dans ce pays, peut-être est-ce comme cela partout ?