Photo aléatoire

IMG_9023.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4205 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 6 semaines.

Luang Namtha

2007-04-02 – 2007-04-04
Nous continuons plus vers le nord et découvrons Luang Namtha. Pas très attrayante à première vue, elle possède des trésors cachés pour ceux qui s'aventurent un peu en dehors. Ce sera notre dernière étape au Laos.

Aujourd'hui, nous quittons Luang Prabang pour nous rendre à Luang Namtha. Le tuk-tuk qui vient nous chercher à l'hôtel pour nous conduire à la gare routière arrive avec dix minutes d'avance. Nous aurions bien voulu retirer de l'argent au distributeur automatique qui se trouve juste en face de notre hôtel et acheter quelques provisions pour le voyage. Pour ne pas faire attendre le conducteur, nous décidons d'acheter de quoi manger à la gare routière et de retirer de l'argent à Luang Namtha.

Nous arrivons à la gare routière vers 08:05 alors que notre bus ne part que dans une heure et cela nous arrange bien. En effet, nous avons acheté des billets pour un bus public. Les places ne sont donc pas numérotées et ce sont les premiers arrivés qui ont les meilleurs places. Ceux qui arrivent à la dernière minute ont de fortes chances de se retrouver assis sur des petites chaises en plastique peu confortables dans la rangée centrale du bus.

Nous démarrons comme prévu à 09:00. Durant le trajet, un homme lance un jeu d'argent. Il cache une pièce sous des capsules et demande aux gens de la retrouver. Un vieux monsieur, très joueur apparemment, mise à plusieurs reprises sans jamais rien gagner. Son portefeuille vide, il va même jusqu'à sortir une liasse de billets qui se trouve dans son veston. Il y a clairement de l'arnaque dans l'air. Tout le monde a l'air de trouver cela très amusant, mis à part nous et le vieux monsieur évidemment.

Le bus effectue une multitude d'arrêts dans les villages. Des gens montent et descendent au fur et à mesure du trajet. Un des passagers passe un accord avec le conducteur et remplit tout l'avant et toute l'allée centrale du bus de caisses de Beerlao. Il nous est désormais impossible de sortir du bus. Nous sommes coincés à nos places. Bonjour la sécurité !

Il fait noir lorsque nous arrivons à Luang Namtha. Il doit être aux alentours de 18:30. Comme toujours lorsque nous descendons d'un bus dans une gare routière, une multitude de conducteurs de tuk-tuk nous proposent leur services sans insister (nous ne sommes plus en Inde :)). Nous décidons de marcher vers un hôtel que nous avons remarqué en arrivant et qui se trouve dans notre guide. En nous dirigeant vers celui-là, nous sommes accostés par un monsieur qui nous propose une chambre à $3. Cela nous semble fort intéressant. Nous lui demandons de pouvoir jeter un coup d'œil à la chambre avant d'accepter. Elle est un peu lugubre mais nous semble malgré tout correcte pour le prix. Il y a même une salle de bain privée. Nous acceptons.

Après avoir déposé nos affaires dans la chambre, nous partons à la recherche d'un endroit où souper. Le propriétaire de notre hôtel nous indique un restaurant au bout de la rue. La ville est très peu éclairée la nuit. Nous marchons dans une rue très sombre et calme. À première vue Luang Namtha ressemble à un décor de western. Les rues faites de sable et de poussière sont très larges et pratiquement désertes. Nous soupons et ne tardons pas à aller nous coucher.

Le lendemain matin nous retournons au même restaurant que la veille pour déjeuner. Après cela nous cherchons un café internet. Nous en trouvons un à 250 kips de l'heure. Nous faisons quelques mises à jour sur notre site web, telles qu'indiquer le lieu où nous nous trouvons actuellement et signaler que l'article du 1er avril était un poisson d'avril. À peine avons-nous fini cela qu'une coupure de courant survient dans le café internet. Nous attendons un instant en espérant qu'il revienne assez rapidement. Le garçon du café nous dit que cela peut aussi bien durer cinq minutes qu'une heure, voir plus. Il n'en a aucune idée.

Nous n'avons pratiquement plus d'argent liquide et décidons donc de chercher une banque où effectuer un retrait. Nous trouvons la banque mais elle est fermée. La porte est entrouverte et il y a un mot en laotien. Cela ne nous avance pas beaucoup. Nous imaginons que ce doit être un mot indiquant qu'elle rouvrira dans cinq-dix minutes. Nous n'attendons pas et décidons d'aller à l'autre banque de la ville que se trouve à deux minutes de là. Nous avons de la chance, elle est ouverte. Malheureusement il s'agit d'une banque qui n'a pas accès aux comptes étrangers ou au réseau Visa. Elle nous envoie vers la banque d'où nous venons. Nous retournons donc à la première et constatons qu'elle est toujours fermée. Nous nous renseignons auprès de deux hommes qui se trouvent devant la porte. Ils nous expliquent que la banque rouvrira lorsque le courant reviendra. Personne ne peut nous dire combien de temps cela durera. Nous n'avons pas le choix, il faut que nous revenions plus tard. La ville ne possède pas de distributeurs de billets. Espérons que le courant revienne vite !

Luang Namtha en elle-même est une ville dénuée de charme. La ville d'origine fut pratiquement détruite durant la guerre d'Indochine et fut en plus de cela souvent la proie d'inondations. C'est pour cela qu'on décida en 1976 de déplacer le centre commercial et administratif de 7 km vers le nord. Le nouveau centre-ville est une petite ville qui compte une seule rue principale en asphalte. Toutes les autres sont faites de terre. Nous remarquons toutefois qu'une multitude de travaux sont actuellement en cours pour moderniser la ville. La raison pour laquelle nous avons décidé de venir ici est que la région est connue pour sa beauté et pour être celle comptant le plus grand nombre d'ethnies du Laos. Nous décidons de louer un scooter pour aller découvrir les environs de la ville.

Une fois sortis de la nouvelle ville, nous découvrons l'ancienne. Elles n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Nous roulons dans de petites rues faites de terre rouge et passons à côté de jolies maisons sur pilotis. La plupart d'entre elles sont réalisées de manière entièrement traditionnelle. Nous nous arrêtons face à une rivière et remarquons un petit pont fait de bambou. Ne pouvant pas le franchir avec notre scooter, nous décidons de le laisser là et de continuer l'exploration des lieux à pied. C'est plus agréable, plus écologique et surtout beaucoup moins bruyant.

Un peu plus tard, nous continuons notre balade en scooter. Nous nous arrêtons un instant. En descendant du scooter Maïte se brule le mollet au pot d'échappement. Décidément, elle n'a pas de chance. Après s'être fêlée une côte à Vang Vieng voilà qu'elle se brule la jambe. Nous retournons à l'hôtel pour soigner sa brulure et retournons par la même occasion à la banque. Cette fois-ci elle est ouverte. Le courant est revenu mais ils ne peuvent pas nous donner d'argent. En effet, leur ordinateur est en panne, ils leur est donc impossible d'effectuer des transaction avec Visa. Ils nous demandent de revenir le lendemain.

Nous sommes déjà le 3 avril. Dans un peu plus d'un mois nous quittons l'Asie pour aller en Australie. Le temps presse, nous devons encore visiter la Thaïlande et le Cambodge. Voilà pourquoi nous décidons de ne pas nous attarder ici et de partir le lendemain. Nous allons à la gare routière pour nous renseigner sur les prix et les heures de départ des bus en direction de Huay Xai à la frontière thaïlandaise. Le premier bus part à 09:30 et il n'est pas possible d'acheter des billets à l'avance. Il faut les acheter le jour même. Cela nous arrange étant donné que nous n'avons de toute façon plus assez de kips pour payer les billets. Nous irons à la banque le lendemain matin dès son ouverture et retirerons quelques kips pour le voyage.

Maintenant que tout est planifié pour notre départ du lendemain, nous décidons d'aller visiter le stupa That Phum Phuk qui se trouve en dehors de la ville au sommet d'une colline. La route pour s'y rendre est très belle. Nous roulons sur une route de terre rouge et sommes entourés de rizières verdoyantes. Le contraste des couleurs est magnifique. Il y a malgré tout une ombre au tableau. Plusieurs camions effectuent des aller-retours sur cette route. Ils roulent a vive allure et laissent de très gros nuages de poussière derrière eux. La poussière est tellement dense qu'on ne voit même plus à cinq mètres. Nous préférons donc nous arrêter sur le côté de la route à chaque fois que l'un d'entre eux passe. Nous sommes tout poussiéreux et comme si cela ne suffisait pas, nous nous faisons éclabousser par un camion qui roule dans une flaque de boue. Pas de bol, nous nous sommes probablement arrêtés à côté de la seule flaque de toute la route.

Nous arrivons finalement au stupa. Nous montons l'escalier qui mène jusqu'à lui. Il n'y a pas un touriste à l'horizon. Il faut dire que l'endroit n'est pas vraiment facile d'accès et qu'à notre avis le stupa n'est pas fort populaire. Il est construit en brique et stuc, il remontrait à 1628. Sa forme actuelle quant à elle date probablement d'une restauration du 19e siècle. Le chedi a été renversé par une bombe durant la guerre d'Indochine et est resté dans cette position depuis lors.

Nous faisons le tour du stupa et admirons les lieux baignés dans les couleurs chaudes du coucher du soleil. L'endroit est calme et reposant. Nous pensions être les seules personnes en haut de la colline mais un homme vient nous accoster pour nous demander de payer la visite. Il nous demande 9000 kips (€0,70) par personne et nous remet un petit coupon photocopié en échange. Nous ne sommes pas persuadés que cela soit bien officiel mais décidons tout de même de payer cette somme qui de toute façon n'est pas très élevée.

Après avoir bien profité des lieux, nous repartons vers Luang Namtha pour y rendre le scooter. Avant de le ramener nous décidons de le nettoyer quelque peu. Nous allons à l'hôtel, remplissons plusieurs bouteilles d'eau et nettoyons la boue collée au scooter. Ceci fait, nous prenons une douche à notre tour pour nous décrasser. Après avoir rendu le scooter nous retournons une fois de plus sur internet. La connexion est hyper lente, ce qui nous pousse à partir vite fait. Nous allons manger, préparons ensuite nos sacs pour le départ du lendemain et allons dormir.

Le réveil sonne à 06:45. Nous laissons nos sacs dans la chambre et partons déjeuner avec nos derniers kips. Comme prévu nous nous rendons à 08:30 à l'ouverture de la banque pour y effectuer un retrait. Cette fois-ci il y a du courant, les ordinateurs fonctionnent mais c'est notre carte Visa qui est trop récente. Leur appareil est trop vieux et ne reconnait donc pas la nouvelle carte que nous avons fait faire avant de partir. Génial ! Comment allons-nous faire pour acheter nos billets de bus ? Nous comprenons à présent l'utilité des Traveler's Cheques, qu'ils acceptent, eux… Heureusement nous avons une réserve de dollars US que nous gardons pour de telles situations. Nous quittons la banque et allons récupérer nos sacs à l'hôtel qui se trouve à deux pas de la gare routière. Nous achèterons donc nos billets avec des dollars US.

Nous n'avons passé qu'une journée dans cette petite ville mais nous pensons que c'est suffisant. La plupart des touristes qui viennent à Luang Namtha font des trekkings dans la région et passent dans des villages pour aller voir des minorités ethniques. Nous ne sommes pas persuadés que cela soit positif pour ces peuples. Nous avons fait une belle balade dans la région et pu voir des beaux paysages et un beau stupa, sans déranger qui que ce soit.