Photo aléatoire

IMG_7271.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 6002 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 5 années 2 semaines.

Santiago du Chili

2007-09-23 – 2007-09-25
Nous arrivons dans la capitale chilienne et retrouvons l'agitation des grandes villes. Nous logeons dans une super auberge : l'Hostal de Sammy.

Le trajet de bus de San Pedro de Atacama à Santiago du Chili dure un peu moins de 24 heures. La plupart des passagers ne font pas le trajet complet ; nous nous arrêtons plusieurs fois dans des gares routières où beaucoup de monde descend et monte.

Hugues n'a pas beaucoup de chance en ce qui concerne le passager devant lui : plusieurs fois, alors qu'il travaille sur l'ordinateur, la personne incline brusquement son siège au maximum, sans regarder derrière elle. Il a à peine le temps de bouger l'ordinateur pour ne pas qu'il se fasse écraser.

Nous arrivons à la gare routière de Santiago du Chili un peu après 08:00 du matin. Nous allons prendre le métro pour nous rendre à l'auberge que nous avons réservée par internet. C'est l'heure de pointe. Le quai et les rames de métro sont bondés. Quasiment personne ne peut monter. Ça faisait longtemps que nous n'avions plus mis les pieds dans une métropole moderne. C'est bizarre de se retrouver ainsi entre les étudiants et les travailleurs.

Impossible de nous faufiler avec nos gros sacs dans des rames aussi pleines. Nous sommes obligés d'attendre jusqu'à ce qu'il y ait de la place. Il y a un métro environ toutes les 3 minutes. En attendant, nous nous amusons à compter les rames pleines. C'est finalement dans la douzième que nous pouvons monter !

Nous descendons à la station Republica puis marchons une dizaine de minutes parmi les étudiants dans la rue où se trouve de nombreuses universités. Nous arrivons finalement à l'Hostal de Sammy à 09:00. C'est une ancienne maison de maitre. En entrant, nous faisons la connaissance de Miaouw, le chat de la maison. Nous nous installons dans un dortoir à quatre lits puis descendons profiter du déjeuner offert.

L'auberge offre bien plus que le logement. Il y a une cuisine, une salle de jeux avec de la musique, un billard, un kicker et une console de jeux, une salle TV avec plein de films, une cour avec une table de ping-pong, une buanderie avec deux machines à laver, des vélos à notre disposition, une salle internet avec plusieurs ordinateurs et une connexion à internet WiFi (sans fil) dans tout le bâtiment. Tout est inclus dans le prix : 5000 pesos (environ €7) par personne et par nuit. Vraiment super !

Plus tard, nous partons à pied vers le centre ville et allons à l'agence de LAN Chile (compagnie aérienne chilienne). Nous avons décidé d'avancer notre vol vers l'ile de Pâques d'une semaine et d'y rester quatre jours au lieu de six. Ainsi nous pourrons partir plus tôt vers le sud.

Une chose curieuse et plutôt troublante est que le symbole utilisé pour désigner le peso, la monnaie chilienne, est le même que celui des dollars ($). Vu que le peso vaut 500 fois moins que le dollar états-unien, cela donne des prix étonnants à première vue, comme par exemple $400 pour une heure d'internet.

Le soir, alors que Hugues travaille comme souvent sur l'ordinateur dans son lit (mais pour la première fois avec une connexion à internet !), celui-ci s'arrête de fonctionner : il ne démarre plus et le disque dur fait un bruit très inquiétant. Pourvu que le disque dur ne soit pas mort ! On verra le lendemain.

Le lendemain matin, en cherchant sur internet avec un ordinateur de l'auberge, Hugues trouve apparemment la cause du problème et le règle. Ça refonctionne, ouf !

Nous marchons ensuite jusqu'à la Plaza de Armas (grand-place). En chemin, nous nous laissons tenter par une glace de chez un glacier que nous avons repéré la veille. Nous commandons deux boules chacun mais sommes surpris par la taille des portions : elles sont gigantesques. Nous n'arrivons pas au bout. De plus, il fait un peu froid, ce qui n'arrange rien.

La Plaza de Armas n'est pas très belle, par contre il y a de l'animation. Un attroupement s'est formé autour d'un clown qui a l'air de faire beaucoup rire les gens. Il y a des artistes vendant leurs œuvres et proposant de faire des caricatures, ainsi que plusieurs personnes lisant l'avenir dans les cartes du tarot.

Nous quittons Santiago du Chili le lendemain pour aller à Valparaíso. Ce n'est qu'un au revoir, car nous y reviendrons quelques jours plus tard pour prendre l'avion vers l'ile de Pâques. C'est chouette de savoir que nous reviendrons à l'Hostal de Sammy. C'est clairement une des meilleures auberges que nous ayons connues de tout notre voyage.