Photo aléatoire

IMG_5443.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 5495 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 3 années 33 semaines.

Trek dans le canyon de Colca

2007-08-14
Nous quittons Arequipa pendant trois jours pour aller faire un trek dans le canyon de Colca qui se trouve à une centaine de kilomètres au nord de la ville. Ce canyon de 3191 m de profondeur est le deuxième plus profond du monde.

Pour la première fois depuis le début de notre voyage, nous participons à un trek organisé. Nous serons un petit groupe, accompagné d'un guide parlant anglais. Nous ne devrons nous occuper de rien. Les transports, les repas, les nuits en auberges, tout est arrangé. Nous devrons juste nous laisser guider à travers de magnifiques paysages.

Vers 07:00, nous déjeunons sur le toit-terrasse de notre hôtel. Nous avons chacun préparé un petit sac avec tout ce dont nous aurons besoin durant ces trois jours. Nos grand sacs avec toutes nos affaires resteront à notre hôtel jusqu'à notre retour.

Notre guide nous rejoint un peu avant 08:00. Nous le suivons. Un taxi nous attend. Dans un autre, nous voyons deux filles qui doivent sans doute faire partie du groupe. Nous allons ensuite chercher un couple d'Allemands à leur hôtel puis partons en direction de la gare routière. Là nous prenons un bus vers San Miguel, point de départ du trek.

Le trajet est long. Après environ trois heures et demie, nous nous arrêtons à la gare routière de Chivay. Nous avons dix minutes pour faire une pause pipi. En allant aux toilettes, Hugues se retrouve nez à nez avec… Arnaud, l'un des deux Belges que nous avons rencontrés à Huaraz et dont nous attendions des nouvelles avant de partir en trek !

Hugues apprend qu'ils viennent de terminer un trek qu'ils ont fait sans guide, apparemment avec des gens qu'ils ont rencontré. Quand Hugues lui dit que nous attendions de leurs nouvelles, Arnaud lui raconte qu'à leur arrivée à Arequipa, ils ont eu l'opportunité de partir en trek dès le lendemain avec un groupe de gens de leur hôtel. Ils ont bien reçu notre e-mail mais n'ont pas pu nous répondre parce que la connexion à internet de leur hôtel ne fonctionnait pas. Bizarre…

Aux toilettes, Hugues se fait arnaquer par « monsieur pipi » qui lui fait payer 0,50 sol (environ €0,12), qui est le prix de la grande « commission » alors qu'il n'en fait qu'une petite :).

De retour dans le bus, Hugues explique à Maïte qui il vient de croiser et ce qu'Arnaud lui a raconté. Nous nous sentons un peu bêtes de les avoir attendus, mais trouvons qu'ils auraient tout de même dû nous prévenir. Ils n'étaient même pas gênés envers nous d'apprendre que nous les avions attendus. Apparemment, ils ne doivent pas se rendre compte qu'ils nous ont fait perdre plusieurs jours. À leur place, nous serions gênés.

Nous repartons et arrivons près du Mirador San Miguel un peu avant 13:30. C'est là que le trek commence. Nous sommes un petit groupe de six personnes et un guide. Avec nous, il y a Suzanne, une infirmière Suisse en vacances pour trois mois en Amérique du Sud, Shary (Sharon), une vétérinaire New-Yorkaise qui fait une grande pause dans sa vie et qui va aller faire du volontariat pour Vétérinaires sans frontière en Inde, et enfin Eva et Michael, un sympathique couple d'Allemands qui doivent avoir la cinquantaine et qui ont l'air mordus de trekking et de randonnée. Notre guide péruvien s'appelle Alejandro.

Après une dizaine de minutes de marche, nous arrivons au Mirador San Miguel. « Mirador » signifie « point de vue ». D'où nous sommes, nous avons une belle vue sur le canyon qui s'étend devant nous. Nous nous mettons en route et commençons à descendre. Durant cette première journée, nous ne ferons que descendre, pour arriver au petit village de San Juan de Chuccho (2300 m), qui se trouve près du fond du canyon, où nous passerons la nuit.

Trois quarts d'heure plus tard, nous nous arrêtons pour diner. Le repas n'est pas très copieux : quelques biscuits salés, deux tranches de pain de mie avec une tranche de fromage par personne, une mandarine et une pomme. Il y avait normalement du jus d'orange, mais le guide nous dit qu'il se l'est fait voler dans le bus. Étrange…

Le chemin descend très fort. Il fait chaud. Le sentier est fait de petits cailloux et de poussière qui s'élève à chaque pas. Malgré cela, nous profitons du superbe paysage. Nous voyons beaucoup de cactus.

Durant la descente, nous discutons avec Suzanne, qui est Suisse Allemande mais qui parle très bien français. Le guide, quant à lui, ne parle pas beaucoup. Sans doute est-ce parce qu'il ne maitrise pas bien l'anglais. Il se contente donc de nous montrer le chemin. C'est dommage. Shary, l'États-Unienne, ne parle qu'Anglais et Eva et Michael ne parlent qu'Allemand. Pas facile dans ce cas-là de créer une bonne ambiance de groupe. Ah, si tout le monde parlait espéranto ;).

Vers 16:00, nous arrivons au fond du canyon et traversons la rivière Colca sur un pont suspendu. Nous marchons ensuite encore pendant un quart d'heure et arrivons finalement à San Juan.

Bien que nous n'ayons marché que pendant trois heures, nous sommes crevés. Notre chambre est dépourvue d'électricité et le sol est fait de pavés. Les lits sont loin d'être confortables, mais ça devrait faire l'affaire.

Le souper n'est prévu qu'à 19:00. Nous avons plus de deux heures à tuer. Le soleil s'est couché et il commence à faire très froid. À part les chambres et la cuisine, tout est à l'extérieur. Notre groupe est donc assis dehors autour d'une table et nous discutons, tantôt en anglais, tantôt en français, tantôt en allemand. Pendant ce temps-là, notre guide est dans la petite cuisine avec les propriétaires de l'« auberge », au chaud à côté d'un feu, et mange en regardant la TV avec eux. Nous avons faim, froid et attendons le repas. C'est qui qui paie ici ;) ?

Nous ne sommes pas les seuls végétariens. Shary, qui est vétérinaire, l'est aussi. Nous avons donc une parité de végétariens et de non végétariens dans le groupe. Après deux heures d'attente, le souper arrive enfin. En plus d'avoir dû l'attendre longtemps, il est plutôt frugal.

Le ventre à moitié plein, nous allons nous coucher dans notre chambre sombre et froide. Dans l'obscurité, nous voyons les décharges d'électricité statique dans les couvertures comme des éclairs miniature.