Photo aléatoire

IMG_6129.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 5495 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 3 années 33 semaines.

Arrivée à Huaraz

2007-07-26 – 2007-07-27
Nous arrivons à Huaraz, petite ville calme et ensoleillée, au pied de la Cordillère Blanche.

Le bus arrive à Huaraz à 06:20. Après avoir récupéré nos bagages nous partons à la recherche d'un hôtel. Le soleil se lève et éclaire les sommets enneigés qui entourent la ville. Notre gros sac sur le dos et notre petit sac sur le ventre, nous parcourons les rues en pente, essoufflés par le manque d'oxygène dû à l'altitude (nous sommes à 3091 m).

Les hôtels conseillés par Lonely Planet affichent en général le double du prix indiqué dans le guide. Après quatre visites infructueuses, nous tombons un peu par hasard sur une pension appelée « The Jacal ». Elle est plus proche du centre que tous les hôtels que nous sommes allés voir et la chambre double avec salle de bain privée n'est qu'à 30 soles (environ €7,50), moins de la moitié du prix des autres. L'affaire est dans le sac !

Petite ombre au tableau, la pension est en travaux. Nous risquons donc de devoir de temps en temps supporter des bruits de foreuse et de marteau, mais nous tentons le coup, pour le prix cela vaut la peine.

Après avoir un peu travaillé pour notre site web (eh oui, de grand matin après une nuit presque blanche), nous allons déjeuner, puis faisons un saut sur internet. De retour à notre chambre, la fatigue se faisant de plus en plus sentir, nous succombons à la tentation de faire une sieste et sombrons vite dans un profond sommeil.

Nous nous réveillons trois heures et demie plus tard, vers 16:30. Une demi-heure après, nous sommes sur pied et partons à la découverte du centre-ville.

Il y a du monde et, contrairement à Huancayo, nous voyons beaucoup de touristes. De nombreuses agences de trekking proposent toutes sortes de treks dans les environs. Des femmes en habits traditionnels accompagnées d'un bel alpaga tout blanc à l'air prétentieux (avec des lunettes de soleil sur le front !) proposent de se faire prendre en photo en échange d'une pièce. D'autres femmes vendent toutes sortes d'habits colorés étalés sur une bache sur le trottoir.

Après avoir fait quelques courses au petit supermarché, nous retournons à notre chambre et écrivons un récit pour notre site web. Nous allons ensuite le publier puis allons souper dans un restaurant végétarien que nous avons repéré : le « Fuente de Vida » (« Source de vie »). C'est plutôt bon et pas cher, par contre il ne faut pas être pressé, le service est un peu lent.

Nous avons remarqué un peu plus tôt une affiche signalant la location de DVD. Puisque notre ordinateur portable nous permet de regarder des films, nous allons jeter un coup d'œil. En plus, si nous les regardons en espagnol avec les sous-titres en espagnol, cela favorisera notre apprentissage de la langue.

Contrairement aux vidéothèques de chez nous où toutes les pochettes sont étalées sur des étagères, ici il faut faire son choix dans un classeur rassemblant les couvertures des DVD. C'est beaucoup plus facile ! Notre choix fait, nous recevons un DVD copié. Pour seulement 1 sol (environ €0,25), nous pouvions difficilement nous attendre à autre chose. Pour ce qui est du cours de langue, c'est moins facile que prévu : les sous-titres ne correspondent jamais à la version doublée. Dommage.

Le lendemain, nous nous la coulons douce. Comme la veille, nous travaillons à notre site web et soupons au restaurant végétarien. Pendant le souper, tout à coup une des ampoules halogènes accrochées au plafond prend feu en crépitant très fort et en faisant des étincelles. Rien de bien grave, l'interrupteur éteint, le phénomène s'arrête aussitôt.

En retournant vers notre pension, nous louons à nouveau un DVD et passons une soirée tranquille dans notre chambre.