Photo aléatoire

IMG_1944.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4618 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 1 année 12 semaines.

Glacier Franz Josef

2007-06-28
Nous allons voir le glacier Franz Josef. Mais qu'est-ce qu'un glacier en fait ?

Bien que la veille il faisait bon, nous nous réveillons entourés de givre, mais seulement à l'extérieur cette fois-ci. Nous nous mettons en route vers 09:00 pour aller voir le glacier Franz Josef.

Aucun de nous deux ne sait précisément ce qu'est un glacier. Nous recevons la réponse en arrivant sur place. Il s'agit d'une grande accumulation de neige devenue glace par compression et qui descend lentement vers la vallée, comme une rivière de glace.

Le glacier Franz Josef est appelé Ka Roimata o Hine Hukatere en maori, ce qui signifie « les larmes de la fille de l'avalanche ». Ce nom vient d'une légende qui raconte l'histoire d'une femme maori, appelée Hine Hukatere, passionnée d'escalade. Son amant, Tawe, n'était pas aussi passionné qu'elle par ce sport mais sa belle parvint tout de même à le persuader de l'accompagner et il grimpa souvent avec elle dans les montagnes. Un jour, Tawe glissa, tomba dans cette vallée et mourut. Hine Hukatere pleura tant qu'elle inonda la vallée de ses larmes. Les dieux les gelèrent pour former le glacier en souvenir de son chagrin.

Un glacier avance ou rétrécit en fonction des chutes de neiges des années précédentes et de la vitesse de la fonte de la glace. La durée du trajet de la neige du sommet à la base est de 10 à 15 ans en moyenne. Dans le cas du glacier Franz Josef, elle est de 5 ans seulement. Il peut avancer ou reculer d'un mètre par jour.

En 1865 le glacier remplissait toute la vallée. Depuis, il n'a cessé de rétrécir. Le réchauffement climatique va-t-il le faire disparaitre complètement ? Espérons que non !

Après l'avoir admiré depuis une hauteur, nous allons le voir de plus près. Nous marchons dans le lit de la rivière qui vient de la fonte du glacier. Celle-ci peut changer de débit très rapidement.

Le glacier est impressionnant. Nous nous sentons tout petits et vulnérables face à ce colosse de glace. Nous ne pouvons pas trop nous en approcher à cause des chutes possibles de morceaux de glace ou de rochers.

Nous reprenons la route. Sur le chemin, nous passons près d'un autre glacier, le glacier Fox. Nous quittons la route pour rejoindre un endroit d'où nous avons une belle vue sur celui-ci, puis repartons.

Les routes que nous parcourons sinuent parfois sur des dizaines et des dizaines de kilomètres sans que nous ne rencontrions autre chose que des rochers ou des arbres. Les villages sont parfois très espacés.

Notre jauge d'essence est presque à zéro. Le voyant de la réserve commence à s'allumer. Si tout va bien, nous devrions arriver à un village avant de tomber à sec. En effet, peu après nous passons à proximité d'un village avec une pompe à essence. Le prix est bien sûr plus élevé que d'habitude : NZ$1,749 au lieu de NZ$1,569. Nous sommes bien obligés d'en acheter, un panneau indique que la prochaine pompe est à 88 km. Nous prenons une dizaine de litres, cela devrait suffire.

Nous décidons de nous arrêter pour souper tant qu'il fait clair et de continuer après. Pendant que Maïte se fait un petit œuf à la coque, Hugues se prépare un plat de nachos, qui nécessite normalement un four, en bricolant un bain-marie avec des bocaux. Le résultat est concluant. Nous mangeons tous les deux à notre faim et reprenons la route.

Le soir tombe. Les routes sont verglacées par endroits. La jauge d'essence commence de nouveau à frôler dangereusement la limite inférieure. Nous arrivons enfin à la pompe annoncée 88 km plus tôt. Elle a l'air fermée, mais le café derrière est ouvert. Hugues va se renseigner à l'intérieur. La politique du patron est que si l'on rallume les pompes après la fermeture, il faut faire un plein. Nous n'avons pas vraiment le choix. Comme nous avons un grand réservoir, ils ont un peu pitié de nous et nous disent que si nous prenons pour NZ$50, ça fera l'affaire. Mais ici le litre est à NZ$2,00 ! Si nous avions su cela à la pompe précédente…

Nous continuons pendant encore une bonne heure et arrivons dans une petite ville appelée Wanaka. Là, nous nous dirigeons au hasard et trouvons une petite route calme pour la nuit.