Photo aléatoire

IMG_2258.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4618 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 1 année 13 semaines.

Parc national de Tongariro

2007-06-23
Malgré la neige et le vent, nous faisons une randonnée dans les paysages blancs et froids avant d'effectuer une longue étape jusqu'au sud de l'ile. Sur le chemin, nous rencontrons quelques pépins.

Le réveil brutal est assuré cette fois-ci, non pas par un homme qui vient frapper au carreau, mais par notre réveil que nous avons réglé pour un lever à l'aube. Il fait très froid et humide dans la camionnette, mais nous trouvons tout de même le courage de nous habiller et de déjeuner. Nous nous mettons ensuite en route et retournons au centre d'information de Whakapapa Village, dans le parc national de Tongariro.

Au fur et à mesure que nous nous en approchons, la route est de plus en plus couverte de neige. Quand nous y arrivons, la neige tombe abondamment et recouvre les bâtiments et les voitures.

Nous nous renseignons sur la randonnée que nous comptons faire, celle du lac Tama supérieur. Vu les conditions climatiques du jour, cette randonnée est déconseillée. La dame du centre d'information nous conseille une autre randonnée, plus courte (2 heures au lieu de 5 à 6 heures) : Taranaki Falls.

Nous nous mettons en route sous la neige. Nous avons froid, mais après une dizaine de minutes de marche, nous commençons à nous sentir au chaud sous nos multiples couches de vêtements. La balade traverse d'abord une plaine, puis passe dans un bois, pour aboutir enfin à une chute d'eau. Il est possible de s'y baigner, mais ça ne nous tente que moyennement. Le retour se fait par un autre chemin, balayé par le vent et la grêle lors de notre passage.

Pour les passionnés du Seigneur des Anneaux, c'est au parc national de Tongariro, où nous sommes, qu'ont été filmées les scènes se déroulant dans les plaines de Mordor et l'Emyn Muil.

Nos visages agressés par le froid, nous retournons à la camionnette et nous remettons en route, avec le chauffage à fond. Ah, ça fait du bien. Nos chaussures sèchent petit à petit. La destination du jour est Wellington, la capitale, tout au sud de l'ile du nord. C'est de là que nous prendrons le ferry pour passer sur l'ile du sud le matin du 25 juin.

Quelques heures plus tard, alors que nous avons laissé le froid et la neige loin derrière nous et traversons un beau paysage vallonné et ensoleillé, nous nous disons que ce serait chouette d'avoir une vidéo de la camionnette qui roule sur la route, filmée de l'extérieur. Maïte descend donc, va se positionner quelques centaines de mètres plus loin, se tient prête et filme quand Hugues passe avec la camionnette.

Mais voilà, Hugues doit s'arrêter le plus tôt possible après pour que Maïte puisse remonter. Il s'arrête donc sur le côté de la route, ne remarquant pas qu'il vient d'entrer dans une plaque de boue. Et voilà la camionnette embourbée de nouveau. Cette fois-ci ce n'est pas en pente, mais un vent violent souffle contre nous.

Nous essayons de pousser sans beaucoup de succès, mais tout de suite un homme arrête sa voiture et vient nous aider. Un peu plus tard, un autre arrive. Ils poussent à deux pendant qu'Hugues démarre, et nous voilà sur la route ! Nous remercions les deux gentils messieurs et nous remettons en route avec nos chaussures pleines de boue.

Plus tard, pendant que nous roulons, nous nous faisons dépasser, et « pak ! », une petite pierre vient frapper le pare-brise, y faisant un éclat. Nous devons le faire réparer à nos frais. Nous décidons de faire cela le lendemain, à Wellington. Décidément, ce n'est pas notre jour de chance !

Nous roulons toujours quand le soleil se couche. Il baigne les paysages d'une lumière orange et découpe les silhouettes des arbres sur le ciel bleu et les nuages rosés. C'est magnifique. Plus loin, au détour d'un tournant, nous sommes surpris de nous retrouver longeant la mer et ses grosses vagues.

Nous arrivons un peu plus tard à Wellington. Il fait déjà nuit. Nous roulons un peu au hasard dans la ville à la recherche d'un supermarché. Après avoir fait quelques courses, nous sortons de la ville pour trouver un coin plus ou moins désert où loger.

Après un peu d'autoroute et une sortie au hasard, nous nous retrouvons sur une petite route, juste assez large pour faire passer une voiture, qui slalomme entre des parois rocheuses. Un rond-point, un embranchement et nous commençons à nous sentir de plus en plus au milieu de nulle part. Parfait, nous nous installons sous un magnifique ciel étoilé et soupons. La journée a été longue, nous nous couchons pour profiter d'un sommeil bien mérité.