Photo aléatoire

IMG_7019.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4202 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 5 semaines 5 jours.

Hô-Chi-Minh-Ville

2007-02-11 – 2007-02-20
Changement de décor et de climat, après l'Inde et le Népal et déjà deux mois de voyage nous nous envolons à plus de 3000 km à la découverte d'un nouveau pays : le Viêt Nam.

Notre vol de Delhi vers Hô-Chi-Minh-Ville n'est pas direct, nous faisons une petite escale à Hong Kong. Là nous en profitons pour racheter une carte SD identique à celle que nous avons perdue il y a quelques semaines.

Nous atterrissons à Hô-Chi-Minh-Ville vers 19h. Comme à Delhi un taxi nous attend pour nous conduire à l'hôtel. Nous avons réservé une chambre dans un des trois hôtel de Madame Cúc, conseillés par Emilie, une amie de Maïte. En sortant de l'aéroport nous sommes tout d'abord surpris par la chaleur : il fait beaucoup plus chaud qu'à Delhi, il doit bien faire 25 – 30°C.

Durant le trajet jusqu'à l'hôtel nous sommes impressionnés par le grand nombre de scooters qui circulent partout dans la ville. La plupart d'entre eux transportent 2, 3 voire 4 personnes. Pratiquement aucune d'entre elles ne porte de casque ou ne respecte les feux de signalisation. Il n'y a visiblement pas de code de la route.

Le nom officiel de la ville est devenu Hô-Chi-Minh-Ville en 1975, quand le nord communiste a vaincu le sud. Pourtant, tous les Vietnamiens du sud l'appellent par son ancien nom : Saïgon.

À notre arrivée à l'hôtel Madame Cúc 64 nous sommes accueillis pas ses nièces qui tiennent l'établissement. Nous sommes agréablement surpris en découvrant notre chambre. Elle est spacieuse, nous avons l'air conditionné, un frigo, un téléviseur et même une baignoire. Quel luxe ! Cette longue journée de voyage nous a fort fatigués. Nous prenons chacun un bon bain et ne tardons pas à aller nous coucher. Seul petit hic de la chambre que nous découvrons à ce moment-là : la seule fenêtre de notre chambre ne donne pas sur l'extérieur mais sur… la réception. Le verre très fin de cette fenêtre coulissante qui ne ferme pas vraiment ne bloque ni les bruits venant de la rue à travers la réception, ni surtout les nombreux cris et rires très bruyants des filles de l'hôtel qui se couchent très tard et se lèvent très tôt.

Pour notre première journée à Hô-Chi-Minh-Ville nous décidons de nous balader dans le quartier de Pham Ngu Lao où nous logeons. Nous remarquons très vite qu'une certaine agitation règne dans la ville. Partout nous voyons des banderoles « Chúc mừng năm mới ». Nous nous apercevons finalement que dans à peine quatre jours tout le pays fêtera le nouvel an lunaire. De Lonely Planet – Vietnam (2003) :
Le Têt Nguyen Dan (fête du Premier Jour), qui annonce le Nouvel An lunaire, est la fête la plus importante du calendrier vietnamien. Connue sous le nom de Têt, elle représente bien plus que le Nouvel An de notre calendrier grégorien. Les familles se rassemblent et espèrent obtenir la chance pour l'année à venir ; les esprits des ancêtres sont accueillis dans la maison familiale et les liens familiaux se resserrent. Le Têt constitue également l'anniversaire de tous les Vietnamiens : le jour du Têt, tout le monde vieillit d'un an.
La fête tombe entre le 19 janvier et le 20 février du calendrier occidental ; sa date précise change chaque année du fait des différences entre les calendriers solaire et lunaire. Les trois premiers jours suivant le Nouvel An sont fériés, mais de nombreux Vietnamiens chôment toute la semaine, notamment dans le Sud.

Le soir nous allons sur internet dans un des nombreux cyber-cafés dans les environs de notre hôtel. Ici, l'accès à internet est vraiment bon marché. Les cyber-cafés sont d'ailleurs pleins de jeunes Vietnamiens en train de chatter ou de jouer à des jeux vidéo.

Le lendemain, nous visitons le parc Cong Vien Van Hoa qui accueille pour le moment, à l'occasion du nouvel an, une exposition de fleurs et de bonsaïs. Le soleil tape fort, il doit faire plus de 30°C. Nous cherchons les coins d'ombre pour ne pas fondre.

Nous nous dirigeons ensuite vers le musée des témoignages de guerre. Dans la cour du musée on peut voir quelques avions, tanks, canons et bombes américains. Le musée lui-même consiste essentiellement en une collection de photos des atrocités de la guerre. Contrairement aux nombreux films de guerre auxquels on est habitué, ici tout est vrai : les regards terrifiés, les estropiés, les mourants, les cadavres. La vue de certaines photos est vraiment difficile et nous sortons de cette visite mal à l'aise, avec un nœud dans le ventre. Pour un petit rappel historique de la guerre du Viêt Nam, voir l'article « Les guerres du Viêt Nam ».

La façon la plus facile et la moins chère pour faire des visites au Viêt Nam est de participer à des tours organisés. C'est ainsi que nous avons visité le delta du Mékong et les tunnels de Cu Chi.

Le soir de la journée de notre visite des tunnels, tout le Viêt Nam se prépare à la fête. C'est ce soir du 16 février que l'on fête le nouvel an lunaire. L'hôtel réserve une petite fête à ses clients. Dans le hall-salle à manger-réception, un souper traditionnel nous est servi. La soirée est (très) arrosée de vin. Les bouteilles s'ouvrent les unes après les autres et chacun doit vider son verre à son tour sous les encouragements et acclamations des autres convives. Ça crie, ça bouge dans tous les sens… ambiance assurée !

À minuit on monte les (trop) nombreux étages de l'hôtel pour atteindre le toit. Les feux d'artifice illuminent le ciel surplombant le paysage nocturne de la ville. C'est amusant de fêter le nouvel an un 16 février. « Chúc mừng năm mới » à tout le monde !

Nos trois derniers jours à Hô-Chi-Minh-Ville ne sont pas passionnants. À cause du nouvel an, beaucoup d'établissements sont fermés, la ville vit au ralenti. Nous allons visiter le quartier de Cholon, réputé pour son marché et ses pagodes. Nous aurions dû nous en douter, il n'y a pas de marché, nouvel an oblige. En ce qui concerne les pagodes, ce n'est pas mieux. Nous nous attendions à admirer de beaux bâtiments comme les pavillons de Laeken. Ici, le terme « pagode » signifie simplement « temple » et c'est l'intérieur qui vaut surtout la peine d'être vu. Pas de chance, la tenue indécente de Hugues ne nous permet pas d'entrer. En effet, il portait… un short :) ! Nous rentrons déçus (et transpirants, comme toujours ici !).

Cela fait plus d'une semaine que nous sommes à Hô-Chi-Minh-Ville. Il est temps de poursuivre le voyage. Nous faisons nos bagages et prenons le bus direction… la plage !