Photo aléatoire

IMG_4184.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4205 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 6 semaines.

Pucón

2007-10-20 – 2007-10-22
Nous continuons enfin notre route et allons vers le sud, dans le district des lacs. Nous visitons Pucón, une petite ville au pied du volcan Villarrica et faisons une randonnée à vélo.

Nous arrivons à la gare routière de Pucón vers 07:45. Il fait gris et très nuageux. En marchant vers notre auberge, nous sommes suivis par deux adorables petits chiens qui s'amusent à se sauter dessus et à se courir après.

L'auberge Rukayen ressemble plus à une maison qu'à une auberge. C'est bien décoré et accueillant. À peine arrivés, nous nous mettons au lit. La nuit dans le bus n'ayant pas été très reposante, nous ne résistons pas à l'envie de faire une sieste.

Vers 14:30 nous nous réveillons et décidons d'aller faire un tour dans le centre-ville malgré le mauvais temps. Il fait toujours aussi nuageux qu'à notre arrivée. À un moment, il commence même à pleuvoir.

La ville, qui ressemble plus à un grand village, compte un grand nombre d'hôtels et de bâtiments dans le style « chalet ». Assez curieux. Avec de la neige, nous nous croirions presque dans un village de sports d'hiver.

Après avoir diné dans un restaurant de la ville, nous allons au centre d'information pour touristes où nous recevons une carte de la ville ainsi que des propositions de promenades d'un jour. Sur la façade, un feu tricolore (comme ceux utilisés pour la circulation routière) indique le niveau d'alerte volcanique, par rapport au volcan Villarrica qui domine la ville et qui est un des plus actifs du Chili. Vert = tout va bien, orange = attention, et rouge = panique !

Nous partons nous balader en direction du lac Villarrica. Le temps, semblable à celui d'un mois de novembre en Belgique, nous empêche de voir le volcan.

Pucón est probablement le meilleur endroit du district des lacs pour organiser des excursions dans les environs… ascension du volcan Villarrica, rafting, kayak, baignades dans des sources chaudes, escalade, randonnée, VTT,…

Le soir, Hugues profite de la connexion à internet WiFi (sans fil) de l'auberge tandis que Maïte se met au lit.

Le lendemain est une belle journée. Le ciel est dégagé et le soleil brille. Après avoir déjeuné, nous allons louer deux VTT (vélo tout terrain) pour la journée. Nous choisissons les deux qui sont dans le moins mauvais état parmi les quatre disponibles, mais devons tout de même passer à la pompe à essence pour un peu regonfler les pneus. Un couple de Français arrivés juste après nous n'a pas eu d'autre choix que de prendre les deux vélos restants.

Avant de commencer notre balade en direction des chutes d'eau Ojos del Carburgua, nous achetons deux billets de bus pour le lendemain pour Valdivia. Ceci fait, nous nous mettons en route. Nous empruntons la piste cyclable qui, une fois sortis de la ville, disparait, nous permettant malheureusement de constater le manque de respect total des voitures envers les cyclistes. Heureusement, au bout d'un moment nous quittons la grosse route asphaltée pour une plus petite et plus calme, faite de terre.

Au bout d'un moment, nous arrivons à un point de vue appelé mirador La Junta. Nous nous y arrêtons pour admirer la vue et prendre quelques photos.

Après avoir repris quelques forces dans le restaurant d'une auberge allemande un peu perdue au milieu de nulle part, nous franchissons l'entrée des chutes d'eau. Un homme nous fait payer : 200 pesos (environ €0,30) par personne. Bon d'accord, ce n'est rien du tout, mais en voyant l'état de l'infrastructure autour des chutes, on peut se demander si l'argent ne sert pas qu'à payer le salaire de l'homme à l'entrée :|.

L'entrée franchie, nous passons par un chemin d'où nous avons une vue dégagée sur le cône blanc presque parfait du volcan Villarrica au loin. Les chutes sont jolies, sans être extraordinaires. Le soleil donne un reflet bleu-turquoise au bassin dans lequel elles se déversent. Après avoir fait un petit tour le long de l'eau, nous nous remettons en route vers Pucón.

Nous rentrons par la route : 19 km presque en ligne droite avec le vent de face. Pfff, c'est crevant et très monotone. Nous ne nous étions pas rendu compte que nous étions arrivés si loin par les petits chemins de terre.

Arrivés (éreintés) à Pucón, nous rendons les vélos. Le couple de Français a été moins chanceux que nous, ils viennent de revenir avec un pneu crevé. Pour nous remettre de nos efforts, nous achetons une « petite » glace. C'est la plus petite portion mais, comme d'habitude maintenant, elle est géante.

Nous retournons le long du lac que nous avons vu la veille sous un ciel gris. Quelle différence en plein soleil !

Le soir, alors que nous nous préparons à souper dans la cuisine de l'auberge où nous sommes apparemment les seuls clients, Jorgen, le gérant, nous offre une petite salade de coriandre et d'ognons accompagnée de pain frais. Sympa ! Il nous propose aussi des saucisses de son barbecue, mais nous lui expliquons que nous sommes végétariens.

Le lendemain matin, le jambon de notre déjeuner inclus a été mystérieusement remplacé par de l'avocat, nous n'allons pas nous en plaindre. Merci Jorgen :). Ceci englouti, nous marchons jusqu'à la gare routière et prenons le bus qui démarre à 10:30 vers Valdivia.