Photo aléatoire

IMG_6025.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4264 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 14 semaines 3 jours.

Un peu de visite

2007-07-13
Pour notre dernier jour à Lima, nous explorons une nouvelle partie de la ville et visitons quelques endroits dignes d'intérêt.

Pour pouvoir bénéficier du déjeuner offert par notre hôtel, nous nous levons encore plus tôt que la veille. À 08:15, nous descendons et l'on nous offre des petits pains avec beurre et confiture, accompagnés de thé ou de café. Enfin, nous l'avons eu !

Puisque la médaille de St Christophe (patron des voyageurs) qui était accrochée à notre sac a disparu, pour ne pas tenter le mauvais sort, nous choisissons une autre amulette : la carte postale représentant le Dalaï Lama que nous avons reçue en allant le voir à Sydney.

Pour la première fois, nous allons nous balader dans le sud du centre-ville. Nous en profitons pour nous renseigner sur les trajets de bus vers Ica, notre prochaine destination. Dans la rue, nous croisons des gens vendant toutes sortes de petites choses. Certains d'entre eux ont une balance et proposent de se peser pour quelques centimes de sol (la monnaie péruvienne). On gagne sa vie comme on peut.

À l'agence des bus Civa, ils nous conseillent d'aller chez un de leurs concurrents appelé Soyuz, d'où des bus vers Ica partent toutes les 10 minutes. C'est ce que nous avait déjà conseillé la réceptionniste de notre hôtel. C'est donc ce que nous ferons le lendemain.

En retournant vers le centre, nous passons par le Gran Parque de Lima. Puis, en continuant dans les rues, nous apercevons un grand groupe de policiers, équipés pour contrer une émeute : casques, matraques, boucliers en Plexiglas. Certains d'entre eux portent même une armure complète en gros plastique dur et noir, les faisant ressembler à des robots. Sans doute les manifestations continuent-elles. Plus loin, nous voyons des autopompes et croisons un autre groupe de policiers, dont un tenant un gros fusil. Pas très rassurant tout ça. D'ailleurs les gens autour de nous ont l'air de se demander ce qu'il se passe.

Nous repassons devant le kiosque où nous avons acheté notre petit guide de conversation espagnol la veille, et achetons un dictionnaire de poche car celui du guide est trop limité. Avec ces deux outils en main, nous devrions arriver plus facilement à nous débrouiller.

Nous sommes à la place San Martin et allons regarder une des statues qui se trouvent au centre. Il était prévu qu'il y ait une flamme sur son casque, mais le mot flamme en espagnol (llama, prononcer « yama ») a deux significations et le sculpteur (qui devait avoir un grand sens de l'humour) y a placé… un lama !

Nous décidons d'essayer un autre restaurant végétarien conseillé par Lonely Planet mais il n'existe apparemment plus. Nous retournons donc à notre restaurant « habituel ». Alors qu'en Asie les trottoirs étaient encombrés par toutes sortes de choses (terrasses de restaurants, scooters, échoppes,…) et qu'en Australie et en Nouvelle-Zélande ils étaient plutôt déserts, ici il y a une circulation très dense de piétons. Cela s'intensifie encore le soir.

Après avoir diné, nous allons visiter la Plaza de Armas, aussi appelée Plaza Mayor, la « grand-place » de Lima. Comme la première fois que nous avions voulu la voir, il y a des grilles et des policiers qui en bloquent toutes les entrées, toujours à cause de la manifestation pour l'enseignement. Nous discutons une minute avec les policiers. À peine avons nous tourné les talons qu'ils nous rappellent. La grille a été ouverte par un autre policier et ils nous permettent d'entrer sur la place. Chouette !

Elle est évidemment pratiquement vide, mis à part quelques personnes ayant eu le même privilège que nous, ainsi que plein de pigeons. Elle est très grande et est entourée de plusieurs palais ainsi que d'une cathédrale. En son centre, il y a une fontaine en bronze qui date de 1650. Plusieurs façades jaune-orange et quelques palmiers bordent la place. Même avec le ciel gris, elle a fière allure.

Nous retournons ensuite vers notre auberge. Comme nous quittons Lima le lendemain, c'est la dernière fois que nous nous baladons dans ses rues aux façades colorées et aux trottoirs encombrés de piétons.

Le soir, Maïte passe son premier coup de téléphone en espagnol et nous réserve avec succès une chambre dans un hôtel à Huacachina, une petite ville près d'Ica où nous irons le lendemain. Nous réglons ensuite la note de l'hôtel. Ils nous font payer moins que prévu, sympa !