Photo aléatoire

IMG_5045.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4202 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 5 semaines 5 jours.

Au revoir le Cambodge

|

2007-04-28
Nous quittons Phnom Penh et le Cambodge et retournons pour la deuxième fois à Bangkok. Enfin, si tout se passe comme prévu…

Nous nous levons difficilement à 05:00. Nous sommes attendus à la Dragon Guest House, le départ est prévu à 06:00. Nous saluons et remercions une dernière fois le personnel très sympa de cette auberge au restaurant de laquelle nous sommes souvent venus manger. À l'heure prévue, on vient nous chercher en voiture. Juste avant de démarrer, le serveur de l'auberge vient frapper à la fenêtre de la voiture. Il nous offre une baguette de pain frais qu'il vient d'aller acheter. Ces gens sont vraiment super sympa.

Notre chauffeur klaxonne sur tout ce qui bouge pour dégager le passage. Nous ne sommes pourtant pas si pressés mais il a l'air de trouver important que nous arrivions vite à destination. Nous arrivons en effet très vite à la gare routière. Nous montons dans le bus et il démarre à 06:30.

Un peu après 10:00, notre bus s'arrête sur le bord de la route. Le chauffeur dit quelque chose en cambodgien. Les gens se lèvent et sortent du bus. Nous sommes les seuls touristes. Les autres passagers sont allés s'asseoir à l'ombre d'un arbre dans le champ qui borde la route. Le chauffeur regarde dans le moteur. Ça ne s'annonce pas très bien.

Nous allons nous asseoir dans le champ avec les autres personnes. On nous explique que le bus est en panne et qu'on attend un mécanicien de Phnom Penh qui devrait arriver dans quatre heures. S'il arrive à réparer la panne, nous repartirons, sinon nous devrons attendre un autre bus pendant quatre heures supplémentaires. Heureusement que nous ne sommes pas pressés…

Nous attendons avec les autres. Nous sommes au milieu de nulle part. Une route et des champs. Il fait très chaud. Nous nous serrons dans l'ombre de l'arbre, assis sur la terre, et lisons. Un peu plus tard, nous voyons passer un bus « Capitol Tours », la société de bus de l'auberge où nous logions, chez qui nous n'avons pas acheté nos billets de bus…

Une heure après que le bus se soit arrêté, un autre bus arrive, de la même société que le nôtre cette fois-ci. Il est évidemment plein. On nous appelle tous les deux. En tant que touristes, nous avons peut-être payé plus que les autres voyageurs ou peut-être les touristes sont-ils connus pour être pressés et râleurs, nous n'en savons rien ; toujours est-il qu'on nous fait entrer dans le bus. Le bus étant toujours plein, on nous fait nous asseoir sur des chaises en plastique dans la rangée centrale. C'est toujours mieux que de rester coincés toute la journée sur la bord de la route.

Plus tard, des passagers descendent et nous pouvons nous installer sur des places dignes de ce nom. Pendant la dernière heure et demie du trajet avant d'arriver à la frontière thaïlandaise nous roulons sur la route de terre en très mauvais état que nous avons emprunté en arrivant au Cambodge. Nous sommes assis tout à l'arrière du bus et nous faisons littéralement des bonds d'environ 50 cm sur nos sièges.

Nous arrivons finalement à la frontière vers 15:30. Nous recevons chacun un badge. Un homme nous indique où nous devons aller. Nous passons le bureau d'immigration cambodgien. De l'autre côté, un autre homme, qui nous reconnait surement grâce à nos badges, nous montre l'étape suivante. Ainsi, nous passons d'un point à l'autre, comme un jeu de piste. À chaque fois que nous nous demandons où aller, quelqu'un apparait et nous indique le chemin. Une fois la frontière passée, c'est un mégaphone qui nous appelle de l'autre bout d'un parking. C'est là que nous prendrons le bus, mais comme nous attendons d'autres personnes, le bus ne partira que plus d'une heure plus tard.

Nous arrivons à Bangkok un peu après 21:00. Nous retournons dans Khao San Road pour retrouver la pension où nous avons déjà logé. En arrivant devant la ruelle de la pension, nous voyons deux hommes en costume se tenant au milieu de la rue. L'un des deux crie un discours religieux en anglais qui ressemble à un sermon fougueux. Ils doivent prendre cet endroit, rassemblement de touristes parfois peu habillés, de prostituées et de travestis, comme un lieu de péché, comme Sodome et Gomorrhe.

À la Harn Guest House, il n'y a plus de chambre au prix que nous avons payé la fois passée. Nous marchandons le prix d'une chambre avec air conditionné. Pour une fois, nous échapperons à la chaleur pour la nuit. Nous réglons la climatisation sur 17°C et nous emmitouflons dans nos sacs de couchage. Ah, ça fait du bien !


Ah la kermesse!

le trajet en bus est-ce un avant-goût de la "montagne russe" ou mieux? hihi!