Photo aléatoire

IMG_0616.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4202 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 5 semaines 5 jours.

Nouvel an, troisième édition

2007-04-13
Cette année, le nouvel an tombe un vendredi 13. En effet, en Thaïlande le nouvel an bouddhique se fête chaque année du 13 au 15 avril. À cette occasion, nous nous joignons aux Thaïlandais pour asperger les passants d'eau, comme le veut la coutume.

Nous nous levons vers 10:00 et repensons tout de suite aux évènements de la veille. Nous avons l'impression d'avoir rêvé. Ce sont les quelques traces de mascara que Hugues n'a pas tout à fait réussi à enlever la veille qui nous rappellent que nous avons réellement participé à un concours de beauté. Nous n'en revenons toujours pas.

Après avoir déjeuné nous partons à la recherche d'un café internet. Dans la rue nous croisons plusieurs groupes de personnes postés sur les trottoirs ou installés à l'arrière de pick-ups. Tous sont armés de seaux d'eau ou de pistolets à eau. En effet, nous sommes en plein dans les festivités du nouvel an bouddhique, il est donc pratiquement impossible de se déplacer en rue sans se faire asperger.

C'est donc un peu mouillés, mais pas trop, que nous arrivons au café internet. Alors que Hugues effectue les mises à jour du site web, Maïte sort quelques secondes pour prendre une photo des festivités. Il n'en faut pas plus aux garçons du café internet pour lui renverser tout un seau d'eau sur la tête. C'est donc à moitié trempée qu'elle retourne dans le café internet pour ranger son appareil photo qui n'a heureusement pas été mouillé. Après cela, elle ressort pour aller se « venger ». Elle attrape un seau qui se trouve dans le grand bidon d'eau sur le trottoir et arrose généreusement, à leur tour, les garçons du café internet. Ils trouvent cela très drôle. Elle se joint au groupe, tout le monde est trempé et tout le monde arrose tout le monde.

Hugues ayant terminé ce qu'il avait à faire sur internet, il sort et propose à Maïte de retourner à la pension pour aller faire un « ploufs » dans la piscine. Il parvient très habilement à se « faufiler » entre les gouttes et arrive à moitié sec à la pension. Heureusement, car c'est lui qui portait notre sac avec toutes les affaires : l'appareil photo, la caméra, le guide du routard, etc.

Arrivés à notre pension, nous enfilons nos maillots de bain et nous dirigeons tout droit vers la piscine qui se trouve à deux pas de notre chambre. Nous croisons Annie, la Québécoise qui a également participé au concours de beauté de la veille. Elle nous apprend qu'un cortège aura lieu dans moins d'une heure dans la rue principale de Sukhothai à l'occasion du nouvel an bouddhique. Nous irons le voir mais avant cela nous comptons bien profiter un peu de la piscine.

C'est la première fois que nous nous trouvons dans une pension avec une piscine. C'est vraiment génial et en plus la chambre ne coute pas cher. C'est très agréable de se baigner par cette chaleur. Hugues décide de gouter une des bières thaïlandaises proposées par le petit magasin qui se trouve à côté de la piscine et Maïte se laisse tenter par un paquet de chips. Quel bonheur d'être en vacances !

Un peu plus tard nous partons voir le cortège. Tout le monde s'asperge, c'est la folie. Se faire mouiller est censé porter bonheur, d'autant plus quand c'est par un éléphant, mais il n'y en a pas ici. Nous retournons au café internet du matin. Un grand haut-parleur est installé devant le commerce. La musique est assez forte pour distraire une bonne partie de la rue. Nous nous joignons au garçons qui ont aspergé Maïte le matin. Ils nous donnent à chacun un petit seau pour arroser les passants. Chaque groupe d'« arroseurs » possède un ou plusieurs grands bidons d'eau qu'ils remplissent continuellement avec un tuyau.

Pour rendre l'arrosage plus « amusant », certaines personnes, dont les garçons du café internet, s'amusent à mettre des gros blocs de glace dans le bidon d'où ils puisent l'eau. C'est donc avec de l'eau pratiquement glacée que nous arrosons les gens. Heureusement il fait très chaud.

Nous arrosons les passants et nous faisons également mouiller par les groupes installés à l'arrière des pick-ups. Eux aussi sont « armés » de bidons d'eau, de seaux et de pistolets à eau. Tout le monde y passe mis à part les gens barricadés à l'intérieur de leurs pick-ups ou leurs voitures. Il s'agit d'une minorité car la plupart des Thaïlandais possèdent un scooter plutôt qu'une voiture, souvent impayable pour eux.

Après plus d'une heure et demie, nous disons au revoir à nos compagnons de jeux en les remerciant de nous avoir si gentiment accueillis. C'est complètement trempés que nous retournons à la pension. En chemin, nous nous amusons à imaginer célébrer une fête de la même façon en Belgique et cela nous semble tout à fait impossible.

Comme si nous n'avions pas encore eu assez d'eau, nous replongeons dans la piscine. Il faut dire que le soleil tape fort, la tentation est trop forte. Après tous ces efforts, nous faisons une bonne sieste. Nous nous faisons réveiller quelques heures plus tard par une discussion en français que nous entendons à l'extérieur. Nous reconnaissons les voix d'Annie et Marc. On dirait qu'ils discutent avec un autre couple francophone.

Nous les rejoignons et faisons ainsi la connaissance d'un couple de Suisses qui sont en vacances avec leurs deux enfants. C'est amusant, nous sommes trois couples francophones d'origine différente, et aucun de nous n'est français. Cela nous était déjà arrivé à Pokhara, au Népal, quand nous avions rencontré deux Suisses dans un restaurant en compagnie de Maryse et Dany. Après avoir un peu discuté, nous partons souper avec Annie et Marc.

Ensuite nous retournons au café internet. À côté de nous, une Thaïlandaise nous regarde et finit par nous dire qu'elle nous reconnait. Elle nous a vu la veille au concours de beauté. Elle sort d'ailleurs son appareil photo et nous montre plusieurs photos de nous qu'elle a prises. Nous sommes des stars :). Mais comment a-t-elle fait pour nous reconnaitre sans notre accoutrement de divas ?

Après avoir fêté notre nouvel an « à nous » à Udaipur en Inde, puis le nouvel an lunaire à Hô-Chi-Minh-Ville au Viêt Nam, c'est déjà le troisième nouvel an que nous fêtons, mais sûrement celui fêté de la façon la plus originale. Ce sera sans doute le dernier, mais nous ne sommes jamais au bout de nos surprises… Nous n'avions pas vraiment prévu que notre voyage dure trois ans plutôt qu'un. Espérons que ça ne nous fasse pas vieillir plus vite !