Photo aléatoire

IMG_0503.JPG

Commentaires récents

Suivi

Nous sommes rentrés depuis 4202 jours.

Notre dernier accès à ce site web date d'il y a 5 semaines 5 jours.

Chiang Mai : suite

2007-04-10 – 2007-04-12
Nous consacrons nos deux derniers jours à Chiang Mai pour visiter les monastères bouddhiques les plus importants. Le nouvel an bouddhique, durant lequel on s'asperge d'eau dans les rues, approche, et les premières gouttes volent déjà.

Nous nous levons vers 10:00. Nous n'avons plus beaucoup d'habits propres et décidons donc de les faire laver par notre pension. En Asie, il est pratiquement impossible de marcher cent mètres dans un quartier touristique sans tomber sur une pancarte Laundry service. Ce genre de service est vraiment très pratique pour les voyageurs et en plus c'est bon marché.

Nous retournons au café internet climatisé où nous avons pris l'habitude d'aller chaque jour. Il faut savoir que la plupart des cafés internet, si pas tous, font également office d'agence de voyage et de tours organisés dans la ville ou les environs. Nous demandons donc quelques renseignements à la fille qui y travaille concernant le moyen le plus simple pour se rendre à Sukhotai, prochaine étape de notre voyage en Thaïlande. Elle nous explique que le plus facile consiste à se rendre le matin de notre départ à la gare des bus et d'acheter notre ticket à ce moment là. Nous lui demandons ensuite de bien vouloir nous renseigner sur les choses à voir avant de quitter Chiang Mai. Elle nous donne une carte de la ville et nous indique au marqueur les endroits à ne pas manquer.

Vers midi, nous retournons à la pension pour manger un de nos succulent plats préparé la veille. Après avoir diné, nous partons visiter quelques vats (monastères bouddhiques). Nous faisons un joli petit tour et visitons trois des plus importants vats de la ville, tous aussi calmes et reposants les uns que les autres. La balade est agréable malgré le soleil de plomb qui nous fait transpirer comme ce n'est pas permis.

Comme dans tous les pays que nous avons visité pour le moment, il est fortement déconseillé aux touristes de boire l'eau du robinet. Nous achetons donc toujours de l'eau en bouteille. La chaleur nous oblige à boire beaucoup et les bouteilles se succèdent vite. Nous avons été agréablement surpris ici de trouver en rue des distributeurs d'eau potable. Pour seulement 1 baht (€0,02), nous pouvons remplir notre bouteille vide d'un litre et demi. Malheureusement, l'eau est tiède voire chaude (les distributeurs sont parfois au soleil), mais ce système a l'avantage de nous faire faire des petites économies, mais surtout celui d'éviter de polluer en utilisant à chaque fois une nouvelle bouteille en plastique.

Le lendemain matin le réveil sonne à 07:00. En effet, nous avons décidé de nous lever tôt pour aller visiter le vat Phrathat Doi Suthep, un temple bouddhique situé sur la montagne de Doi Suthep à 15 kilomètres de Chiang Mai. Mais après avoir éteint le réveil, plutôt que de nous lever courageusement, nous nous rendormons tous les deux et ne nous réveillons que vers 10:00. Tant pis, ce n'est pas bien grave, et puis c'est un des avantages d'être en vacances. Nous déjeunons à la pension et louons ensuite un scooter pour aller jusqu'au vat.

La dame qui nous loue le scooter nous demande d'être très prudents. Premièrement, Hugues n'a jamais roulé à gauche et deuxièmement nous risquons d'être aspergés d'eau. En effet, les Thaïlandais sont déjà prêts à fêter le nouvel an bouddhique bien qu'il ne commence réellement que dans deux jours. De Wikipédia :
À Chiang Mai notamment, ville où cette fête est particulièrement célébrée, des pick-ups chargés de bidons d'eau et de jeunes gens défilent dans les rues le long desquelles la foule est massée, « armée » de seaux d'eau. Les deux groupes, motorisés et piétons, s'aspergent mutuellement dans une ambiance bon enfant.
Durant les trois jours que durent les célébrations, il est quasiment impossible de se déplacer dans les rues d'une ville sans se faire asperger copieusement plusieurs fois.

Nous sommes prévenus. Nous décidons donc de mettre toutes nos affaires dans un sac en plastique que nous plaçons ensuite dans notre sac à dos pour éviter que notre appareil photo, notre caméra, nos passeports, nos billets, notre guide, etc. ne soient trempés.

Hugues s'habitue très vite à rouler à gauche. La balade jusqu'au vat Phrathat Doi Suthep est très agréable. La route monte très fort et est très sinueuse, mais elle est calme et pratiquement déserte. Après 45 min de trajet nous arrivons à proximité du vat. Il y a vraiment beaucoup de monde. Le vat Phrathat Doi Suthep est un site sacré pour les Thaïlandais et nombre d'entre eux s'y rendent ces jours-ci en raison du nouvel an bouddhique.

Il faut gravir une multitude incalculable de marches pour arriver jusqu'au vat. Nous arrivons en haut de cet escalier tout transpirants. Nous payons les 30 bahts de droit d'entrée et pénétrons dans cet endroit sacré. Plusieurs dessins et inscriptions indiquent aux touristes de ne pas pénétrer dans le temple en short ou avec un décolleté plongeant. Pourtant, nous croisons à plusieurs reprises des touristes habillés comme s'ils étaient à la plage. Nous n'en croyons pas nos yeux et sommes choqués par ce manque de respect.

Nous achetons quelques bâtonnets d'encens et les allumons en pensant à nos proches avant des les planter dans un bac de sable avec tous les autres. Nous sommes pieds nus et avons beaucoup de mal à rester debout sur le sol en marbre ultra chaud en raison du soleil. Nous faisons le tour du vat et nous installons ensuite à l'ombre à quelques mètres de celui-ci pour mieux l'admirer. Nous ne sommes pas les seuls à trouver le sol brulant. Nous remarquons plusieurs personnes courir pour aller se mettre dans un coin d'ombre.

La visite achevée nous enfourchons notre scooter et retournons à Chiang Mai. Sur le chemin du retour Hugues remarque un centre commercial informatique. Il ne résiste évidemment pas à l'envie d'aller y jeter un coup dœuil. En rentrant, nous sommes contraints de passer dans une rue où les festivités du nouvel an bouddhique ont déjà commencé. Impossible d'y échapper, nous nous faisons asperger, mais non pas par des Thaïlandais, mais par des touristes qui ont pris part au jeu et lancent des seaux d'eau sur les véhicules qui passent. C'est donc à moitié trempés, après avoir rendu le scooter, que nous allons terminer l'après-midi au Charcoa, le « café-pâtisserie », pour nous détendre en dégustant quelques gourmandises.

Le soir Hugues décide de manger le curry vert et les deux derniers rouleaux de printemps de notre cours de cuisine. Malheureusement le reste de nos préparations a mystérieusement disparu. Quelqu'un, on ne sait pas qui, a dû les jeter ou bien les manger. Bizarre… Nous sommes donc contraints de choisir un plat du menu. Après avoir soupé nous préparons nos sacs.

Le lendemain nous nous levons à 07:00. Nous déjeunons une dernière fois à la Libra Guest House. La réceptionniste de l'hôtel nous propose un tuk-tuk. Hugues négocie le prix et nous acceptons qu'il nous conduise jusqu'à la gare routière. Voyant que Maïte a un appareil photo, le chauffeur pose dans son tuk-tuk et lui demande de le prendre en photo. Elle trouve ça rigolo et le chauffeur a l'air de fort s'apprécier en regardant son image sur l'écran de l'appareil photo. Nous demandons au monsieur de bien vouloir patienter une minute le temps que nous allions remplir une dernière fois notre bouteille d'eau au distributeur. Ceci fait, nous embarquons dans le tuk-tuk en direction de la gare routière en espérant qu'il reste encore des places pour le bus de 10:15.


Hihihi ... CASSSSSSSSÉ ... !!!

... une multitude incalculable ... !?!?

Jamais, je n'aurais cru trouver ce language chez tonton HUGUES !

signé : un étonnant "KAT" étonné !